Sweetgrass Curandera de Terre

 

Curandera de terre

SWEETGRASS Avoine odorante

(Hierochloe odorata )

  • La terre vivante est notre plus grande professeure.
  • Tresser ensemble amour, santé et opulence et le partager
  • Laissez un parfum sacré vous emporter

Plusieurs brins d’herbes ont été tissés pour confectionner une tresse dans une prairie bien entretenue. Une vieille femme assemble  les longues feuilles directement depuis le sol. Ses mains sont burinées par le travail de la terre.  Son vieux chapeau de soleil élimé par des années d’utilisation repose dans un coin. Son bracelet cliquète tandis qu’elle se connecte avec amour à  l’avoine odorante, fredonnant tout en tissant.

La curandera sait que partager la douceur de la vie avec les autres profite à tous Elle est consciente de l’abondance de richesse prodiguées par la nature. Elle passe du temps dans son jardin et dans la nature.  Elle partage son savoir gratuitement  tout comme l’avoine odorante qui aime partager le sol avec d’autres espèces. La curandera comprend que, comme l’écrit Robert Wall Kimmerer  https://images.app.goo.gl/qLmq4SFK37g2A5oT7 que   « l’avoine odorante abonde lorsqu’on la récolte et s’appauvrit quand elle ne l’est pas  »

La curandera de Terre s’occupe de la terre avec un cœur débordant. Elle dit « Merci ! Merci !Merci ! » Les gens sont attirés par sa présence stable et solide. Ses conseils apportent foi et  prospérité

Crafter avec la Curandera de Terre

  • Faites pousser de l’avoine odorante chez vous ou  cherchez des informations a son sujet ( Ce n’est pas une plante de chez nous mais on trouve des sachets de graine a la vente )
  • Partagez la joie et l’abondance. Organisez une fête mangez de bonnes choses faites des tresses d’avoine entre amis
  •  Bénissez une maison ou un rassemblement de personnes  en faisant bruler de l’avoine odorante

 

Going Underground: Melissa. Ur. The Tree Mothers . Mut Danu

Visualisez un ciel  bleu clair enveloppant de douces  collines. Des touffes de bruyères poussent parmi les rochers usés par le temps. Des alouettes volent au-dessus de cette lande.  Lorsqu’ elles plongent en piquet vous entendez leur chant.  A vos pieds, se trouve  un creux entre deux collines. A cet endroit l’herbe est plus grasse et plus verte et vous apercevez des arbres. Un sentier conduit à ce bosquet et tandis que vous approchez leurs branches s’animent   pour créer des formes rondes et pleines.   Sur ce sentier, se trouve un endroit ou l’herbe est particulièrement luxuriante. Vous vous y asseyez et fermez les yeux.

Laissez l’air s’échapper de vos narines et entamez un chant fredonné.   Inspirez et expirez en fredonnant. Inspirez et expirez et continuez ainsi. Percevez la chaleur du soleil d’été sur votre visage et vos épaules. Un vent tiède arrive du sud apportant avec lui le parfum de 1000 fleurs. Fredonnez toujours. C’est maintenant un parfum entêtant de nectar et de miel que le vent porte vers vous. Tandis que vous continuez à chanter,  le vent chaud vous porte le son d’autres fredonnements alentour  et cela vous presse d’ouvrir doucement les yeux.

L’ombre pommelée d’un tilleul se trouve en face de vous. Parmi les arbres vous discernez l’Esprit de l’Arbre marchant en leur parlant et en caressant délicatement les extrémités fleuries de leur branches. Sa peau est bronzée par l’été et son ventre rond et fécond. Son  visage se tourne vers vous et vous observe a travers les brassées de tilleul fleuri. Ses pieds croulent  de bruyère fleurie.  Autour d’elle, l’air vibre d’un son de vitalité et de force.

Comme elle se rapproche vous remarquez les abeilles bourdonnant autour d’elle. Votre reflexe pourrait être de reculer ou même de fuir mais comme vous regardez plus attentivement vous prenez conscience que les abeilles l’accompagnent et que cela ne semble pas la déranger. Elle lève alors les yeux sur vous et vous invite a vous rapprocher. Vous êtes désormais assez proche pour voir les expressions des abeilles qui vous regardent avec curiosité tandis qu’elles bourdonnent et s’agitent  autour de la couronne  de  Mère Tilleul. Si vous avez peur des abeilles a cause d’une expérience du passé ou d’une allergie a leurs piqures vous pouvez leur demander de respecter une certaine distance, elles s’y plieront et resteront éloignées pour votre confort. Si vous n’avez pas peur des abeilles vous pouvez vous détendre complétement . Sachez que ces servantes de la déesse ne vous causeront aucune blessure.  Détendue et disposée, vous faites alors face  à  mère tilleul et lui adressez  un sourire calme qu’elle vous retourne.

Elle vous conduit alors   vers un arbre qui se trouve au centre du bosquet. Sa circonférence est large, son écorce rugueuse et il y a un trou béant dans le tronc à l’endroit où se trouvait une branche. Bien qu’anciennes, ses branches vivantes touchent le sol , parsemées de bractées vert pâle et de minuscules fleurs blanches parfumées.  Vous remarquez que les abeilles utilisent le trou dans le tronc comme entrée vers une ruche sauvage et vous vous approchez. Elles semblent  accepter votre présence ce qui vous permet de venir encore plus près et vous apercevez une portion de rayon scintillant de liquide ambré. Derrière vous Mère Tilleul tend la main jusqu’à la ruche. Du bout du doigt  elle prélève une goutte dorée. Elle vous la tend et vous êtes hypnotisée. Le rayon de miel dégoulinant est le travail  de l’Esprit de l’Eté qui construit, stocke, prépare les aliments pour les temps difficiles. . Comme les abeilles qui vivent pour leur ruche , certaines personnes  suivent également ce cycle  en servant leur communauté, en  servant un grand tout et  en préparant les ressources afin de se nourrir et de nourrir les autres dans le futur.

Mère Tilleul pose alors la goutte de miel sur votre langue. Testez le gout miraculeux du nectar qui passe d’une bouche a une autre. Chacun y participe en donnant de soi pour créer quelque chose de plus grand et de plus important Sans un mot elle semble vous dire alors que vous y goutez « prends dans la ruche  ce don tu as besoin afin de te nourrir mais ne tente pas de saisir ou d’arracher le rayon afin  de le garder égoïstement pour toi. Cela finirait inévitablement en désastre. »

 Le bourdonnement des abeilles se fait plus fort comme si elles approuvaient les mots de Mère Tilleul.

Maintenant rappelez a vous les rêves que vous avez fait  à  Ailm et nourris  pendant ll saison de Onn . communiquez avec les abeilles a propos de ces rêves et des efforts que vous avez fournis . Ura est la saison ou vos projets sont pleinement établis et en pleine croissance. Ecoutez le bourdonnement régulier. Y  a-t-il une partie de votre projet qui pourrait avoir besoin de conseils ou d’énergie ? Vous vous êtes senti incapable de commencer et avez-vous besoin de faire éclore  votre création, de la concrétiser ? Alors écoutez et souvenez-vous de votre voyage.

Remerciez l’esprit du Tilleul pour cette expérience. Concentrez-vous a nouveau sur le bourdonnement et ajoutez votre  chant a la musique d’Ura . Concentrez-vous sur votre propre son  laissant le chant de l’Autre monde s’affaiblir de plus en plus et disparaitre

Reconnectez-vous a votre corps assis fermement sur la terre a l’endroit ou vous avez commencé votre méditation. Etirez-vous, baillez si vous en avez envie. Ouvrez doucement vos paupières et tapotez-vous . Le moment est venu de prendre des notes dans votre journal .

Beith

Mina Blackthorn

icône de badge

B Beith

B Bouleau

Mot clé : Purification

Signification : Tronc délavé cheveux blonds pied fané cheveux fins / La plus argentée des peaux la plus grise des peaux / La beauté des sourcils

Couleur Blanche

Arbre Bouleau

Oiseau Faisan

Planète : Hygieia (Hygie déesse de la santé, de la propreté et de l’hygiène)

Dieu Ogma a gravé le premier ogam sur une baguette de bouleau. Le symbole a été gravé 7 fois par Ogma pour mettre en garde et protéger l’épouse de Lug mac Ethlenn contre la magie du Sidhe qui projetait de la kidnapper (avertissement + protection). Le nom beith pourrait venir d’un indo-européen *gwet qui aurait donné betu en celtique d’où est issu le latin betulla, et aussi le bitume ; l’idée en serait la gomme, la résine qu’on en tirait jadis. Cela pourrait expliquer la signification de purification, car les résines et gommes sous forme d’encens sont utilisées dans de nombreuses pour nettoyer.

Les traditions écossaises relient le bouleau a l’amour. Les tonnelles accueillant les amoureux étaient souvent installées sous les bouleaux ou faites avec leurs ramures. Des bâtonnets de bouleau étaient également échangés en gage d’affection.

Traditionnellement utilisé pour la purification de la maison et du corps. Fabrication de balais ou bâtonnets a mâchonner pour les dents. L’extrait huileux est un anesthésiant utilisé pour soulager la douleur. La sève de bouleau était extraite dans le nord de l’Europe pour fabriquer de la bière et un sirop aux arômes de thé des bois (wintergreen). Dans les saunas scandinaves, le bouleau était utilisé pour stimuler la peau grâce à ses propriétés purifiantes. On s’en frappait le corps pour dynamiser le flux sanguin. Les baguettes de bouleau furent aussi des outils pour remettre les indisciplinés sur le droit chemin. Tout au long de l’histoire et dans différentes cultures l’autoflagellation a été utilisée comme méthode purification. Cette stimulation sanguine a aussi pour effet de faciliter les états de transe, car elle provoque des endorphines dans le sang qui aident à atteindre l’état extatique.

En Irlande et en Écosse, on utilisa le bois de bouleau pour construire des berceaux afin de repousser la maladie et le mauvais sort. Des rameaux de bouleau posés sur les berceaux rendaient les mêmes services en Irlande. Ce qui explique qu’on rattache le bouleau a la protection et à la petite enfance.

Imbolc : des tiges ou des croix confectionnées en bouleau sont couchées sur les lits devant les poupées a l’effigie de Brighid afin de l‘attirer et d’obtenir la bénédiction de la maison. Des branches de bouleau sont aussi pelées et offertes pour Imbolc aux petites poupées de maïs qui représentent la déesse (Brideog).

La couleur blanche lui est associée : connotations de pureté et de sacré. Le vent du sud se rapporte à cette couleur ; mais plus qu’un blanc simple comme du lait, la couleur spécifique qui décrit le vent du sud-est « geal » qui signifie en gaélique écossais : clair ou sans couleur, mais aussi brillant radiant scintillant. Pour les Irlandais le mot signifie plutôt translucide, mais aussi blond et heureux. Le mot est aussi utilisé pour décrire l’affection et il a des connotations avec l’autre monde dans le sens où de nombreuses déités sont décrites comme blanches brillantes ou radiantes. Dans le conte « Settling of the manor of Tara », le sud est décrit comme un endroit lié à la musique, au savoir, à la poésie, la fertilité les cascades (entre autres). On retrouvera la couleur blanche associée à l’ogam Idad, l’if couleur qualifiée de « très blanche » (irfind), un blanc intense et brillant comme ses significations et ses associations.

L’auteur associe l’astéroïde Hygieia a cet ogam pour ses significations de santé, d’hygiène et de purification du corps. L’hygiène constitue la meilleure protection contre la maladie et le fait de purifier son environnement écarte les énergies négatives qu’elles soient spirituelles ou psychiques.

Magiquement on utilise beith pour tout ce qui se rapporte à la purification ou l’autodiscipline. Invoquer son énergie pour éclaircir l’environnement ou l’on travaille et nettoyer les champs énergétiques du corps. Utiliser Beith pour un soin est opportun pour nettoyer une plaie ou soigner une infection. Efficace pour soulager la douleur et agit sur la discipline lorsqu’on doit suivre un traitement ou s’imposer une hygiène de vie.

Divination: Peut évoquer la nécessiter de se purifier ou de mettre au clair ses intentions avant de commencer un projet Il peut indiquer l’obligation de clarté et de discipline tout comme l’attention et la vigilance dans le démarrage d’un projet. Il arrive qu’il évoque un petit enfant.

Courant souterrain (lié à la terre, au corps manifeste ou potentiellement initiatique. Il se trouve dans les profondeurs cachées de l’origine des choses. Ce n’est pas la force ni l’énergie de la création, mais ce qu’il y a avant. Quand il se présente, il établit les priorités et aide à déterminer ce qui est le plus important ou ce qu’on doit faire en premier. Il peut également vous avertir de dangers cachés ou d’une perte d’identité.

Courant océanique (lié aux émotions, aux transformations, aux interstices) Il s’exprime par la créativité l’écriture et l’éloquence. Ce sont les procédés « chaotiques » par lesquels les significations profondes se révèlent. Ces procédés créatifs vous permettent également d’exprimer ce qui est important pour vous. Trouver et exprimer sa créativité grâce aux mots est suggérée ici. Beith distille des significations à ce qui peut paraître chaotique . En travaillant sur les mots, on peut remonter aux origines et explorer les mystères .

Courant céleste ( orientation spirituelle, illumination extase). Dans ce cadre beith indique que purification et discipline sont nécessaires pour atteindre la clarté dans vos pratiques spirituelles il fait référence a la présence des dieux comme forces créatives et comme garants de la protection contre les forces souterraines qui peuvent être dangereuses .Il évoque la purification qui précède la rencontre du sacré. il suggère de demander de l’aide aux dieux ou de leur demander de rentrer dans votre vie afin de mettre de l’ordre dans le chaos.

Question : Comment me suis-je préparé pour affronter la vie ? Où ai-je besoin de discipline ?

Concepts reliés : spiritualité, protection, origines priorité, avertissement, écriture , éloquence, créativité ; déités.

Ogam  » weaving word Widsom » Erynn Rowan Laurie.

Le grand Homme Vert

The Green Man a été longtemps, pour moi, le nom d’un pub à Londres où les retrouvailles comme les fins de soirées étaient toujours chaleureuses. L’enseigne de l’établissement, un homme en habit feuillu tenant une pinte aurait dû éveiller mes soupçons, mais je crois qu’il n’appartenait pas à mes préoccupations du moment.

Vous connaissez forcément son visage sous l’un de ses trois aspects. C’est tantôt un homme portant un masque de feuilles où la bouche et les yeux sont visibles. C’est parfois une figure humaine cerclée de feuilles qui sortent également de sa bouche comme un souffle. Et sur certaines représentations, les feuilles jaillissent de sa bouche, mais également de ses narines et de ses yeux.

Élément d’architecture religieuse médiévale, il est pourtant difficile de le réduire à une simple décoration artistique. Présent sous forme de sculpture (bois et pierre) dans les églises ou monuments mortuaires, il témoigne plutôt que les concepts païens et chrétiens ont longtemps cohabité (si vous êtes intéressé par ce concept vous trouverez de quoi satisfaire votre curiosité dans l’ouvrage The Green Man in Britain de Fran & Geoff Doel). Malgré tous les efforts engagés pour la diaboliser, cette figure a tenu bon en se rangeant discrètement du côté des éléments décoratifs.

Les partisans de la représentation artistique évoquent les masques de théâtre grec antique portés lors des bacchanales. Ils avancent que la représentation de l’homme vert s’en inspire. Les coutumes et le folklore nous offrent d’autres pistes de réflexion.

Sir James Frazer, dans son ouvrage The Golden Bough, évoque le culte des arbres. Il indique comment un culte animiste qui offrait à chaque arbre sa personnalité et conscience propre a évolué. Au cours de cette évolution vers un culte polythéiste, c’est un esprit surnaturel passant d’arbre en arbre qui anima la forêt en jetant les prémices d’une figure divine aux traits plus humains.

L’approche animiste se retrouve dans le mât de mai vénéré par les populations celtiques et germaniques en Europe. Ce mât faisant figure d’idole a fortement déplu aux autorités religieuses. Celui de l’église Saint Andrew Undershaft est un exemple. Le curieux nom de l’église provient du mât de mai (undershaft) qui était traditionnellement installé chaque année en face de l’église. La coutume a continué chaque printemps jusqu’en 1517. Le mât a perduré jusqu’en 1547 où il fut enlevé par la foule et détruit comme une « idole païenne ».

L’approche polythéiste se retrouve peut-être sous les traits de Jack in the Green. Cette figure du printemps est endossée par une personne portant un cadre pyramidal ou conique en osier ou en bois décoré de feuillage. Il se rencontre dans le cadre d’une procession, souvent accompagné de musiciens. The Garland King perpétue également cette tradition. À cheval et dissimulé jusqu’à la taille par une lourde guirlande florale en forme de cloche, il mène une procession à travers la ville traditionnellement le 29 mai.

Le symbolisme de l’homme vert se rapporte à la nature. Le flot de végétation sortant de ses orifices rappelle la capacité de la nature à renaître. Il incarne les cycles et le rythme immuable de la nature passant au fil des saisons de vie à trépas. Sa couleur verte se rapporte à la fertilité et par conséquent à la sexualité. Elle évoque également l’enchantement et le royaume des fées. L’homme vert porte la couleur de la nature sauvage et de toutes les créatures qu’elle recèle. Sous cet éclairage, on comprend mieux le dégoût de la religion pour la couleur verte. Ce rejet s’accompagne d’une défiance à l’égard de la nature et de la nécessité de la soumettre pour asseoir la suprématie humaine.

Pourtant le Green man n’a rien perdu de sa souveraineté. Son masque souvent constitué de rameaux de chêne indique sa force et son sens inhérent de la justice. Celle de la nature n’étant pas celle des hommes. Les concepts de pardon et de récompense n’ont pas de réalité dans ce cadre. La loi de causalité s’exerce dans l’idée que l’on récolte ce qu’on a semé. Le gaspillage, la pollution, la cupidité dont nous faisons preuve à l’égard de la nature donnent au Green Man un visage grave. Il est intéressant de remarquer que certaines figures apparaissent dans votre vie à des moments bien précis pour attirer l’attention sur des déséquilibres ou des impasses. Lors de ma première moitié de vie, il s’est fait discret et je l’ai même trouvé parfois ridicule à l’instar d’un masque vénitien de pizzeria ! Il s’est étoffé dans ma vie d’étudiante comme s’étoffe un buisson au printemps. C’est un expert dans l’art du camouflage, mais le poète ou l’initié le trouvera dans le contour d’un bosquet, l’ombre d’une frondaison ou le bruissement du feuillage.

Mina.

Arcane XVIII La Lune

« Deux choses lune, l’autre c’est le soleil » — Jacques Prévert

Beaucoup d’interprétations et d’analyses définissent le symbolisme de la Lune en corrélation avec celui du Soleil. Privée de lumière propre, elle reçoit et reflète les rayons du soleil au risque de dispenser mensonges et illusions. Alors que le premier règne et répand des gouttelettes d’intelligence active apportant joie, chaleur et satisfaction partagée, la lune aspire et puise les énergies comme une éponge. Décrite comme un état, évoquant les rêves et la mélancolie, son royaume se reflète sur une étendue d’eau sombre,  fertile et effrayante comme un marais nocturne.

Son cycle immuable, son apparence changeante, sa face souvent cachée lui ont valu les traits d’une femme et les attributs éculés qui vont avec. Il est courant de lui associer l’obscurité, les angoisses, la folie, la tristesse, le mensonge et bien sûr la paresse sinon le tableau ne serait pas complet.

Je vous propose de changer notre point de vue et de redonner à l’arcane XVIII le blason argenté qu’elle mérite.

« L’imagination est plus importante que la connaissance. Car la connaissance est limitée, alors que l’imagination embrasse l’univers tout entier » — Albert Einstein.

Le tarot de Marseille utilisé est l’édition de 1930 de Paul Marteau édité par Grimaud. L’arcane de la lune porte le numéro XVIII. Il est rattaché à la famille des planètes et son illustration se divise en trois plans.

Le plan céleste montre la lune, elle-même, personnifiée de profil. Elle est croissante et son visage est celui d’une femme plutôt âgée au regard tourné vers la gauche. L’astre est entouré de rayons courts principalement bleus et blancs, alternés de rouges. Il est cerné de gouttelettes rouges, jaunes et bleues qui montent à sa rencontre. La couleur bleu foncé domine évoquant son aspect féminin et réceptif. La lumière est diffuse. Les gouttelettes accentuent son caractère attractif.

Le plan terrestre comporte en fond deux tours jaunes. L’une a un créneau ouvert, l’autre un créneau fermé.  Au premier plan deux chiens couleur chair se font face, gueule ouverte. Ils semblent aboyer ou aspirer les gouttelettes. De la végétation est timidement représentée au centre. Construit de façon binaire, le plan terrestre met en évidence la complexité de la nature humaine par le biais de deux instances psychiques distantes.

  • Les chiens incarnent l’aspect instinctif et animal, les pulsions et la vie fantasmatique.
  • Les tours évoquent les constructions individuelles rattachées au domaine de l’acquis et de l’appris.

Le plan aquatique est formé d’une étendue d’eau bleu sombre à la surface oscillante. Une écrevisse démesurée se dresse au milieu pinces tendues vers le ciel. Ce plan n’a pas d’effet réel, mais constitue plutôt le contenant des autres plans. Sa surface striée revêt l’aspect d’un miroir déformant la réalité faisant d’un petit crustacé un monstre gigantesque.

Cette représentation en trois plans distincts révèle le monde intérieur et le psychisme humain avec ses richesses et ses dangers.  L’imaginaire est une source d’évolution dans le cadre de la création, mais aussi de perdition lorsqu’il verse dans l’illusion. Il peut produire des œuvres magistrales ou des fantasmes aliénants.  Les tours nous rappellent la nécessité d’un sens solide des réalités pour que l’expression des pensées intuitives puisse trouver un écho et se matérialiser. Cela peut se traduire par une démarche active à destination de ses rêves. S’en souvenir, les noter et mettre en place un outil pour leur offrir un espace créatif qui nous fera passer de l’état d’objet à l’état de sujet.

L’arcane XVIII nous demande un travail d’unification de ces trois plans distincts. Chacun recelant ses propres ambivalences.

L’eau figure la perte et le naufrage, mais aussi la régénération, la purification et la possibilité de se ressourcer.

La terre manifeste une pensée rationnelle, logique, fiable, mais aussi limitée.

Le ciel révèle la faculté métaphysique et la transcendance de l’imaginaire.

Tout repose dans notre capacité individuelle d’organiser ce qui est chaotique et de construire un environnement harmonieux. Tout comme l’asservissement aux sens et aux plaisirs terrestres nous conduit vers l’esclavage et la dépendance, la vie imaginaire demande de la maîtrise pour devenir libératrice et éclairante, et ne pas nous affaiblir, nous détruire et nous perdre.

L’arcane nous éclaire sur l’activité fondamentale de l’inconscient, aspect de la vie intérieure qui semble nous échapper. Nos pensées perpétuellement actives subissent des variations quantitatives (classement des niveaux de conscience de 1 à 7 allant de la vigilance excessive au « coma »), mais aussi qualitatives, attribuées à nos perceptions personnelles de la réalité et à nos ressentis vis-à-vis de celle-ci. Ces variations nous éloignent de la paix mentale et de l’état de sérénité que nous recherchons. Il semble plus aisé de maîtriser son corps que de maîtriser ses pensées. La lame XI du tarot qui suggère cette maîtrise est La Force qui se trouve bien avant La Lune arcane XVIII. Cette chronologie nous indique peut-être que pour accéder à la maîtrise du mental il faut d’abord passer par celle du corps. C’est le principe fondateur du yoga.

 « La lune est le rêve du soleil » — Paul Klee

Malgré mon introduction un peu rageuse, genre « mort au patriarcat du Soleil », on ne peut pas lui soustraire sa représentation du féminin maternel et réceptif. Elle est la mère cosmique qui veille et protège dans l’obscurité.

Dans le cadre d’un tirage divinatoire, elle fait souvent référence à la mère et aux relations qu’on entretient avec elle. Elle nous demande une réflexion sur notre conception du féminin et nous conseille de prêter attention à nos intuitions ou de les développer. Le thème de la maternité et de la fertilité au sens propre comme au sens figuré sont au centre de la réflexion.

Lorsque la consultation porte sur la vie professionnelle La Lune peut annoncer des changements et des prédispositions pour les activités artistiques nécessitant imagination, poésie et créativité. Les professions liées aux sciences humaines comme la psychologie, la sociologie, la tarologie, l’astrologie sont favorisées. Elle induit l’idée d’un succès apporté par les autres, où la popularité, le public et la clientèle peuvent jouer un rôle important.

Au niveau de la santé, elle peut évoquer le vague à l’âme ou les coups de cafards quand elle est mal aspectée. Elle pointe du doigt la nécessité de se ressourcer, de se purifier et de surveiller son circuit lymphatique.