Archives de catégorie : Coll

Energies lunaires et Mystères : le Noisetier

Par Epona & Imré. Extrait du site The Hazel Nut. Traduction par Fleur de Sureau pour Ignis Daemonis.
Ces derniers mois ont été un test de patience, de force intérieure et d’engagement. Depuis les méditations préparatoires de l’Aubépine jusqu’aux épreuves du Houx, nous voici parvenus à la neuvième lune de l’année – le Noisetier ou Coll. Autrefois, elle était appelée lune des Muses, le cycle de l’Ermite (voir la neuvième carte du Tarot), et lunaire de l’artiste. Le flux d’émotions gonfle le cœur des Muses et fissure le barrage. L’artiste prend du recul et regarde sa toile, épuisée par les émotions et anticipant la folie de la lune à venir. Ces deux figures fuient ceux qui les entourent – confuses, en colère, désappointées, en mal de silence – de façon à réunir leurs morceaux épars, tout comme l’Ermite se retire pour rassembler ses pensées et permettre aux leçons de sa vie d’allumer la chandelle de la sagesse dans sa sombre grotte.
Le Noisetier amène avec elle (ndlt : oui elle, her dans le texte) les tribulations du passé, de la souffrance et de l’expérience qui modèlent leur porteur. Tirez ces leçons, le fruit de votre labeur, car elles invitent la sagesse de votre Soi Supérieur à sauter dans les eaux de votre conscience, tout comme les noisettes tombent dans l’étang où nage le saumon que Fionn consomma (voir les Mabinogion, le livre de la mythologie galloise).
La baguette de Noisetier a longtemps été utilisée pour trouver des trésors cachés, pour protéger son porteur, et pour révéler la sagesse de l’âme. Avec cette sagesse, vient la prise de conscience de nos véritables barrières personnelles. Le Houx a manifesté des émotions et douleurs non réglées. Si, à la fin de son cycle, vous n’avez pas été capable de vous réconcilier pleinement avec le passé, le Noisetier vous fournira la sagesse de renoncer jusqu’à un meilleur moment. Si toutefois, vous vous êtes réconcilié avec le passé, le Noisetier est le moment d’achever la séparation d’avec ce fardeau ; la fin est venue. Pourtant, soyez prudent – l’épuisement causé par les émotions et sentiments de déception et la souffrance libérée durant cette lune peut brouiller votre vision. La hâte peut sembler être la réponse, mais une prudente réflexion permettra d’éviter de rompre les mauvais liens. C’est la lune de la décision et prévoyance, non pas de l’initiative inconsidérée.
Le Noisetier attend neuf années avant de porter ses fruits. Tournez-vous vers Elle et prenez conscience que même si les fardeaux passés ont glissé vers les ombres, c’est seulement temporaires, car c’est avec le temps que la vie guérit les blessures, et c’est à travers la douleur et la guérison que le Soi Supérieur partage sa sagesse.
Noisetier. Eté 2014
Noisetier. Eté 2014

Energies des Arbres Lunaires : le Noisetier

Par Linda Kerr, extrait du site faeriefaith.net
Traduction : Fleur de Sureau pour le coven d’Ignis Daemonis.

Noisetier

Neuvième Lune

  • Glyphe – « Je suis un saumon dans un étang »
  • Oiseau – Grue
  • Couleur – Marron
  • Jour – Mercredi
  • Guérison –
  • Mystères – Radiesthésie-Divinatoire, Sagesse-Savoir, Nourriture pour l’Esprit/la Question dans une Coquille de Noix, Inspiration, Réalisation par la Souffrance, La valeur du temps et de la patience

Le noisetier est connu comme étant la lune de l’ermite. Après les turbulences du Chêne et du Houx, et les méditations préparatoires de l’Aubépine, s’en vient le temps du calme et de la réflexion. Nous nous tournons à présent vers l’intérieur pour nous retrouver et laisser les leçons des dernières lunes se combiner. Le Houx a pu faire renaître des émotions et douleurs non résolues. Si nous ne sommes pas parvenus à pleinement dénouer ces sentiments, le Noisetier nous donne la sagesse d’attendre un meilleur moment. Si, cependant, vous avez réussi à harmoniser sentiments et passé, le Noisetier est le moment de finir de vous débarrasser de vos fardeaux.

noisetier-feuille

C’est également une période durant laquelle la prudence est de mise, car l’épuisement causé par des émotions et sentiments intenses de déception et de douleur libérées pendant cette lune troublera notre vision. C’est la lune de décision et prévoyance, non pas d’initiative inconsidérée. La douleur de nos expériences passées nous modèle et nous façonne, et nous permet de nous ouvrir à l’inspiration et à la sagesse d’en haut, de notre Soi Supérieur. Cette inspiration ne peut venir que lorsque nous nous sommes apaisés, lorsque nous avons surmontés nos problèmes passés et lorsque nous cessons de trop en faire.

Une légende celtique parle d’un bosquet de Noisetiers sous lequel se trouvait un puits, un étang, où un saumon nageait. Ces arbres contenaient toute connaissance, et leurs fruits contenaient ce savoir et cette sagesse sous leur coquille. Au fur et à mesure que les noisettes mûrissaient, elles tombaient dans le puits où elles étaient mangées par le saumon. A chaque noisette mangée, le saumon pouvait gagner un nouvel endroit. De façon à acquérir la sagesse issue du Noisetier, les Druides l’attrapèrent et le cuisinèrent. Mais Fionn, le jeune homme qui touillait la marmite dans laquelle le saumon était en train de mijoter, se brûla accidentellement le pouce avec le ragoût. Par réflexe, il porta son pouce à la bouche et ainsi ingéra l’essence du festin sacré ; il acquit instantanément la sagesse de l’univers.

Fionn acquiert également la sagesse par la douleur de la brûlure sur son pouce. De cette histoire, nous tirons la leçon de sagesse par la douleur et l’expérience. La véritable sagesse vient seulement après des années d’essais et d’erreurs, après des années de gain et de perte, après de nombreuses expériences de joie et de peines. On dit que le Noisetier donne des fruits au bout de neuf ans après qu’il a été planté ; neuf ans d’expérience avant qu’il n’imprègne ses fruits de son essence (ou qu’il fasse des petits). Un enseignement hindou dit : « garde pour toi-même ce qu’il t’a été enseigné jusqu’à ce que cela soit à ton tour de partager, » car alors, seulement, il pourra vraiment être enseigné à nouveau. Le noisetier nous demande d’apprendre la valeur du temps, de la patience et de l’expérience, et nous permet de nous exprimer à travers l’art, la poésie et la musique.

  • Énergies négatives du Noisetier : se sentir séparé du monde, se sentir peu sociable. Épuisement, douleur émotionnelle. Échouer à apprendre de l’expérience, répéter les mêmes erreurs, encore et encore.
  • Surmonter ces énergies négatives : prendre une baguette de l’arbre. Fleurs de Bach possible pour le Noisetier : Bourgeon de Marronnier / Chestnut Bud.
Recettes :

Hazelnut Recipes – Courtesy of Northwest Hazelnut Company

Dundee Hazelnuts – Our Favorite Recipes

Chef Specialty Recipes from The Hazelnut Council

The Hazelnut Growers Of Oregon

Le Saumon de la Sagesse

Traduit depuis le site The Dance At Alder Cove

celtic_fishLe saumon de la sagesse (en Irlandais : bradan feasa) est une créature présente dans le cycle de Fenian dans la mythologie Irlandaise. Ce saumon était parfois appelé Fintan (ou Finntan) autrefois. (Il est parfois confondu avec Fintan mac Bochra, qui était aussi nommé « le sage » et fut transformé une fois en saumon.) Les récits diffèrent sur le fait que Fintan soit un poisson commun ou un Immortel, qui pouvait être mangé et cependant continuer à vivre.

Le saumon est l’une des figures principales dans l’histoire de Fionn, qui raconte les premières aventures de Fionn mac Cumhaill. D’après ce mythe, un saumon ordinaire mangea neuf noisettes tombées depuis neuf noisetiers dans le Puits de Sagesse (Tobar Segais). Ce faisant, le saumon reçut toute la sagesse du monde. De plus, la première personne qui mangerait de sa chair recevrait également cette connaissance.

Le poète Finn Eces passa sept années entières à trouver et pêcher ce poisson. Un jour, il réussit à accomplir cet exploit, et demanda à Fionn, son serviteur et fils de Cumhaill, de le cuisiner avec la recommandation de ne pas le manger. Fionn prépara l’animal, le tournant encore et encore sur sa broche au dessus du feu, mais lorsqu’il toucha de son pouce le saumon pour voir s’il était cuit, il se brûla avec la graisse suintant du poisson. Fionn mis instinctivement son pouce à sa bouche pour soulager la douleur, sans savoir que toute la sagesse de Fintan était concentrée dans cette petite goutte de gras. Lorsqu’il apporta le plat à Finn Eces, celui-ci se rendit compte que les yeux du jeune homme brillaient d’une nouvelle lueur. Il demanda alors à son serviteur s’il avait goûté au met. Niant avoir mangé le poisson, le garçon expliqua ce qui s’était passé. Finn Eces réalisa que Fionn avait reçu la sagesse du saumon, et lui donna le plat à manger. Ainsi, Fionn reçut toute la connaissance du monde. Sa vie durant, Fionn put faire appel à cette sagesse en mordant son pouce. Le pouvoir obtenu de Fintan permit à Fionn de devenir le chef des Fianna, les héros réputés des mythes Irlandais.

Les symboles du poisson :

Fertilité, Eternité, Créativité, Féminité, Chance, Bonheur, Sagesse, Transformation

 Le saumon est sacré dans la mythologie gréco-romaine, puisqu’il y porte le symbole du changement et de la transformation, comme dans le mythe d’Aphrodite et Eros qui se changent en poissons pour échapper au féroce Typhon.

Dans la chrétienté, le poisson est un symbole d’abondance et de foi, par exemple dans l’histoire biblique des poissons et des pains. Il y a également plusieurs références bibliques où le Christ et ses disciples sont considérés comme des pêcheurs d’hommes. Ici, l’Homme est représenté comme le poisson transformé et l’océan est le symbole de l’abysse des péchés dans lequel l’homme se trouve.

Dans la tradition païenne, le poisson est considéré comme un symbole féminin de fertilité et comme un attribut de la Déesse. L’eau est un emblème naturel des flots émanant de la Déesse Mère primordiale, et donc toutes les créatures aquatiques (y compris le poisson) sont des aspects de la fertilité et du pouvoir de la déesse.

Dans les anciens mythes indiens, le poisson est un symbole de transformation et de création. On peut remarquer cela par exemple dans le mythe qui voit Vishnu se changer en poisson (Matsya) afin de sauver le monde d’une inondation. Sous cette forme, il guida le bateau du roi Manus (qui transporte les quelques survivants sélectionnés et les graines de la vie pour recréer le monde après l’inondation) vers la sécurité.

Les anciens mythes africains parlent de Mangala, le créateur, qui planta des graines dans le ventre cosmique. De ces graines deux poissons sortirent, et s’installèrent dans le cosmos, au dessus des eaux de la création. Nous pouvons voir dans cette légende que le symbole du poisson concerne encore la fertilité et la créativité, en incarnant une nouvelle phase de vie.

En Chine, le poisson est le symbole de l’unité et de la fidélité et on dit que le poisson (particulièrement les carpes koi) nage souvent par paire. Avec ceci en tête, les poissons sont des cadeaux de mariage réguliers, sous forme de talismans ou de figurines représentant les jeunes mariés et augurant d’une union fidèle et parfaite. Ils représentent également la fertilité et l’abondance grâce à leur capacité à se reproduire rapidement.

De plus, dans le bouddhisme, le poisson représente la joie et la liberté. L’animal fait aussi partie des huit symboles sacrés du Bouddha : la Conque, le lotus, l’ombrelle, la roue, le nœud, deux poissons dorés, la bannière de la victoire, le vase.

Dans les cultures nordiques et européennes, le poisson est synonyme d’adaptabilité, de détermination, et le flot de la vie. Ils ont souvent observé que le poisson présente de grandes capacités d’adaptation dans la nature, et ils ont adopté ces caractéristiques. Les saumons sont souvent vénérés pour leur détermination à accomplir leur voyage annuel vers les lieux de fraie, luttant contre le courant tout le trajet.

Le saumon des amérindiens est électrique, concentré, intuitif, et complètement dans la créativité. Son énergie est palpable. De nature motivé, l’assurance et l’enthousiasme du saumon est communicatif. Rapidement, tout son entourage le suit, même si les idées semblent tirées par les cheveux. Généreux, intelligent, intuitif, le saumon n’est jamais à court d’amis. Cet animal représente un besoin de buts et de raisons d’être, et n’a pas de soucis à trouver des volontaires pour le suivre dans ses croisades. Soutenu par ses pairs, le saumon est stable, calme, sensuel, et généreux. Laissé à ses propres pensées, celui qui porte en lui ce symbole animal peut devenir égoïste, commun, et intolérant aux autres.

[Coll] L’ogham du noisetier par Stephanie Woodfield

Extrait de « Celtic lore and spellcraft of the Dark Goddess – Invoking the Morrigan » de Stephanie Woodfield
Traduction et adaptation : Siduri

Signification divinatoire : sagesse ancestrale, inspiration, état d’illumination.

Renversé : ignorance, désillusion.

Connues pour être « la nourriture des dieux », les noisettes étaient une source d’alimentation pour les Celtes anciens. La source de sagesse de l’Autre Monde était entourée de neuf noisetiers. Leurs fruits tombaient dans la source et étaient mangés par le saumon qui y vivait. On croyait que quiconque mangerait le saumon de sagesse serait doté d’une incroyable connaissance. Cette transmission de la sagesse, de l’arbre au saumon, puis à l’homme, pouvait symboliser une période d’apprentissage.  Quand Coll apparaît dans un tirage, une certaine sagesse pourra être transmise durant un temps d’apprentissage ; il peut aussi représenter une sagesse transmise par les ancêtres. Les baguettes faites à partir de noisetier sont utilisées en magick pour manifester les souhaits et les désirs ; elles sont connues comme « baguettes à souhait » (ndlt : en anglais, wishing rods). En tant que neuvième ogham, il est lié aux énergies créatives à l’énergie de la Déesse.

Usages magiques : manifestation des souhaits et désirs, quête de sagesse.

Le Noisetier

Extrait du livre « Les mythes celtes, la Déesse Blanche » par Robert Graves.

les-mythes-celtes---la-deesse-blanche

Le neuvième mois est le noisetier à la saison de la cueillette des noisettes. La noisette, dans la légende celtique, est toujours un emblème de la sagesse concentrée: quelque chose de doux, de compact et de nourrissant enfermé dans une petite coquille dure, d’où l’expression : « Il y a quelque chose dans cette noisette là ! » Le Dinnshenchas de Rennes, important traité de topographie irlandaise, décrit une merveilleuse fontaine appelée Puits de Connla, près de Tipperary, au-dessus de laquelle s’inclinaient les neuf noisetiers de l’arbre poétique qui produisent fleurs et fruits (c’est-à-dire beauté et sagesse) à la fois. Comme les noisettes tombaient dans le puits, elles nourrissaient un saumon qui y nageait et autant il avalait de noisettes autant de points brillants lui apparaissaient sur le corps. Toute la connaissance des arts et des sciences était attaché au fait de manger des noisettes : on l’a déjà noté dans l’histoire de Fionn dont Gwion adoptera le nom. En Angleterre, on utilisa jusqu’au XVIIe siècle une baguette fourchue de noisetier pour repérer non seulement les trésors enterrés ou l’eau cachée, comme à présent, mais aussi les coupables en cas de crime ou de vol. Et dans le livre de Saint Alban (édition de 1496), on indique une recette pour se rendre aussi invisible que si l’on avait mangé de la graine de fougère, simplement en portant une baguette de noisetier, longue d’une toise et demie, dans laquelle serait insérée un rameau vers de noisetier.

La lettre Coll avait le même emploi que le nombre bardique neuf, car neuf est le nombre sacré des Muses et le noisetier donne ses fruits au bout de neuf ans. Le noisetier était le Bile Ratha « l’arbre vénéré du rath », rath dans lequel vivait le poétique Aes Sidhe. Elle donna également son nom à un dieu nommé Mac Coll ou Mac Cool ( »Fils du Noisetier ») qui, selon l’Histoire de l’Irlande de Keating, était l’un des trois plus anciens législateurs d’Irlande, ses deux frères étant Mac Ceacht ( »Fils de la Charrue ») et Mac Greine ( »Fils du Soleil »). Ils célébraient un triple mariage avec la triple déesse d’Irlande, Eire, Fodhla et Banbha. Cette légende paraît, à première vue, rappeler le renversement du système matriarcal par les envahisseurs patriarcaux ; mais, puisque Graine, le Soleil, était une déesse, non un dieu, et puisque l’agriculture et la sagesse étaient tous deux présidés par la triple Déesse, les envahisseurs étaient dont, sans doute, adorateurs de la déesse eux-mêmes ; ils auraient tout simplement transféré leur allégeance filiale à la triple déesse locale.

Dans la légende fénianne du Vieux Noisetier s’Egouttant, le noisetier apparaît comme l’arbre de la science pouvant être employé à des usages destructifs. Il laisse s’égoutter un lait empoisonné, n’a pas de feuille et est la demeure des vautours et des corbeaux, oiseaux de divination. Il se brise en deux lorsque la tête du dieu Balor est placée au creux d’une de ses fourches après la mort de ce dieu et, quand Fionn emploie son bois en guise de bouclier dans la bataille, ses vapeurs nocives tuent des milliers d’ennemis. Le bouclier en noisetier de Fionn est le symbole du poème satirique chargé d’une imprécation. C’est en sa qualité d’arbre-héraut druidique que  »le noisetier fut l’arbitre » dans le Câd Goddeu de Gwion. Les anciens hérauts irlandais portaient des rameaux de noisetier blanc.
Le noisetier est l’arbre de la sagesse et le mois s’étend du 5 août au 1er septembre.

 

[Coll] L’Ogham du Noisetier par Steve Blamires

Extrait du Celtic Tree Mysteries: Practical Druid Magic and Divination de Steve Blamires 

Traduction: Aislin

Nom: Coll

Lettre: C

Référence Texte: Coll, bois juste qu’est le noisetier dont tout le monde mange les fruits.

Ogham de Morainn: CAINU FEDAIR, l’arbre le plus juste.

Ogham de Cuchulain: MILLSEM FEDHO .i. CNO, le plus tendre des bois, une noisette.

Ogham d’ Aonghus: CARA BLOISC, l’ami du craquement.

Niveau physique :

le noisetier n’est pas un arbre particulièrement grand, atteignant seulement 4m de haut s’il réussit à pousser sans heurts. Il est souvent taillé, comme le saule, pour produire de longs et droits bâtons utilisés comme ceux de saule. L’écorce de l’arbre est squameuse, marron clair, et souvent avec des pores jaunes. Les feuilles sont alternées sur les tiges, irrégulières aux sommets, et mesurent jusqu’à 10cm.

En Février, l’arbre prend une teinte jaune, et se couvre de longs châtons mâles et de petites fleurs femelles qui deviendront les noisettes, qui poussent en petits groupes de 3 ou 4.Les noix du noisetier sont riches en sels minéraux, et peuvent se déguster telles quelles.

Elles peuvent être réduites en poudre puis mélangées à une boisson, afin d’adoucir un mal de gorge ou atténuer les symptômes d’un rhume. Les feuilles couvrant les coques (appelées involucres), tout comme les coques elles-mêmes peuvent également être réduites en poudre pour calmer les flux menstruels. Le bois est utilisé comme le saule, essentiellement en vannerie, et est cultivé et récolté de la même manière. Les tiges flexibles du noisetier le rendent très apprécié des sourciers, qui utilisent une branche en forme de fourche pour trouver eau et autres minéraux et éléments.Le noisetier est très répandu dans les Iles Britanniques et l’Irlande, comme prouvé par l’examination de dépots de pollen trouvés sur différents sites archéologiques. Les dépots prouvent également que les arbres étaient plantés et gérés par les Hommes de l’époque, probablement à cause de ses nombreuses uilisations.Le nom « Hazel » a longtemps été un nom couramment utilisé pour les petites filles, et le nom « MacCuill » ou « MacColl », « MacCall », signifie « le fils du noisetier ».

Niveau Mental :

La description de l’Ogham de Morainn, « le plus juste des arbres » est assez étrange, car le noisetier ne semble pas plus équitable que les autres arbres. Nous devons cependant considérer cela comme une clé pour chercher une signification plus profonde. Le terme « le plus juste des arbres » est noté en gaélique « Cainiu Fedaib ». La signification plus profonde de cette expression réside dans le mot « Cainiu », « se lamenter dans la mort » ou « faire la satyre de quelqu’un ». L’origine de pleurer, se lamenter, est attribué à la déesse Brighid, qui pleura longuement la mort de son fils Ruadhan durant la bataille de Moytura. Le nom gaélique moderne pour l’arbre est Calltuinn, qui signifie « la perte de quelque chose », et est clairement connecté à la mort et, ainsi, aux lamentations.

Le noisetier est lié à la mort et aux pleurs d’une autre façon encore, dans une version différente de la mort de Balor, le mauvais roi des Fomoires, qui raconte qu’une fois que Lugh a coupé sa tête hideuse, il la plaça à la fourche d’un noisetier. Du poison coula du cou et tomba sur l’arbre. Un des poèmes du recueil « Lays de Fionn » dit que le noisetier est resté empoisonné pendant 50 ans, jusqu’à ce que Manannan, le Dieu de la Mer, l’abattit. Plus tard, Fionn utilisa le bois pour fabriquer un bouclier nommé « le Vieux Noisetier Ruisselant ». Le surnom qu’on donne régulièrement à Fionn est Mac Cuill ou Mac Coll, qui signifient tous deux « Fils du Noisetier ».Brighid est la Déesse la plus clairement associée à la sagesse et à l’inspiration divine, et ceci est lié à la signification du noisetier.

Il y a plusieurs légendes centrées sur des noisetiers magiques dont les fruits contiennent toute la sagesse du monde. La pratique de la satyre est également étroitement liée à l’inspiration divine et à la poésie. Les satyres originaux étaient les poètes, dont la patronne était Brighid. La satyre était considérée comme si puissante et potentiellement destructive, que seulement certains grades de bardes et de druides étaient autorisés à la pratiquer. Il y avait des lois précises concernant la façon de l’utiliser, le moment pour la pratiquer, et quelles étaient les amendes pour ceux qui s’en servaient mal à propos. Les druides, lorsqu’ils éxécutaient le rituel élaboré connu sous le nom Dichetel Do Chenaid, mangeaient des noisettes afin d’atteindre l’inspiration et la connaissance de ce qui était perdu.L’utilisation du noisetier et plus particulièrement des noisettes est recommandé pour les voyages dans l’Autre Monde et les rituels visant à gagner en savoir. Un héraut, porteur de connaissance, est décrit dans Cattle Raid of Cooley comme:

un homme sombre et beau, avec un visage large. Il avait une broche marron sur son magnifique manteau marron et une chemise épaisse près du corps. A ses pieds apparaissaient ses chaussures. Il tenait une baguette de noisetier sans écorce dans une main, et dans l’autre, une épée à un seul tranchant, à la garde d’ivoire.

La baguette de noisetier était le symbole des hérauts, et c’est un bon signe d’en voir une dans l’Autre Monde. Souvenez vous également que ce sont les branches de noisetier qui sont utilisées pour trouver les sources et les métals enfouis. Le fait qu’il faille 9 ans à un noisetier avant de porter des fruits est encore un signe de sa connection magique au niveau physique.Trois des premiers rois d’Irlande étaient des frères, nommés Mac Ceacht, Mac Greine, et Mac Coll. Ces noms signifient « Fils de Labour », « Fils du Soleil », et « Fils du Noisetier ». Cela peut faire un lien entre le noisetier, le Haut Roi, et la fertilité de la terre.

Niveau Spirituel :

La présence du Noisetier montre que vous avez encore beaucoup à apprendre des arbres et des oghams. La Déité associée au noisetier est sans conteste Brighid, et travailler consciemment avec elle au niveau spirituel, conjointement avec le noisetier, sera particulièrement éclairant sur tous les points.

Il y a plusieurs légendes impliquant Brighid, et cela peut vous donner des pistes pour travailler plus facilement avec elle.En plus d’être la Déesse Pré-Chrétienne des Tuatha De Danann, elle est également la Sainte Brighid. Si vous vous sentez plus à l’aise de travailler avec l’image de la Sainte, ne vous empêchez pas de le faire. Gardez toujours à l’esprit que, lorsque vous voyagez dans l’Autre Monde, ce qui est important, c’est ce que ces guides disent et font, et non qui ils prétendent être. Vous pouvez étudier la vie des saints, cela peut être aussi utile que

l’étude des mythes pré-Chrétiens. Les premiers moines chrétiens qui ont écrits les vies des saints ont également écrit le Livre de Ballymote et le Livre de Leinster, ainsi que de nombreux autres manuscripts sur les Oghams et la magie des arbres.

La prise de contact avec Brighid doit être régulière. Tout comme le noisetier apporte tous les ans des fruits, de nouvelles choses doivent être apprises et expérimentées durant notre existence. Cela doit être de façon continue, et non quelque chose que l’on fait une fois et qu’on oublie. L’Ogham de Aonghus, « Ami du craquement », rappelle le bruit d’ouverture d’une noisette de sagesse. C’est probablement la raison pour laquelle l’Ogham de Cuchulain le nomme le « plus tendre des bois, une noisette. »

Travail Pratique :

Le noisetier est un arbre auprès duquel vous devrez retourner encore et encore pour obtenir le plus possible lors de votre travail pratique. C’est aussi le premier arbre dont les fruits jouent un rôle important de lui même. Vous pouvez les incorporer dans vos rituels de base en mangeant des noisettes, si c’en est la saison, afin de vous lier à l’arbre. Vous pouvez, bien sur, manger des noisettes n’importe quand, et les utiliser comme des aides mnémotechniques pour vous souvenir de ce que représente le noisetier pour vous. Les noix du noisetier contiennent, d’après la légende, toute la sagesse du monde.

Soyez conscient de cela lorsque vous travaillez avec l’âme du noisetier.Vous devriez aussi développer une relation avec Brighid, car elle aura beaucoup à vous dire. D’après certaines légendes, Brighid est la fille du Dagda. Ce lien de famille entre les deux Déités associées au Noisetier peut être un bon avantage pour apprendre de la relation père/fille.

La collection massive de contes gaéliques d’Alexander Carmichael, Carmina Gadelica, contient des invocations et des formules qui peuvent être utilisées pour des rituels appelant Brighid et ses pouvoirs. La plupart de ces écrits connectent Brighid avec le foyer et la maison; Brighid est toujours avec vous, surtout dans votre domicile. Essayez d’incorporer cet aspect dans votre vie. Pratiquez une cérémonie pour accueillir la présence de Brighid chez vous. Cela vous aidera à mieux connecter votre travail magique dans votre vie quotidienne, comme votre cuisine, votre ménage. Brighid et le noisetier ont beaucoup à vous apprendre sur ce sujet.

Lorsque vous invoquez Brighid, il est important de garder à l’esprit ses nombreuses associations avec le feu et l’inspiration. Cela peut être utile de faire un petit feu dans votre espace sacré et vous concentrer dessus lorsque vous appelez Brighid. Beaucoup de personnes trouvent les flammes hypnotisantes, ce qui peut également être utile; laissez votre esprit vagabonder en regardant le feu. C’est durant de tels égarements que les êtres de l’Autre Monde trouvent plus facilement moyen de communiquer avec nous. Si vous décidez d’utiliser le feu durant votre travail sacré, soyez prudent et sûr que le feu est complètement éteint avant de quitter votre espace.