Archives de catégorie : Nion

Tradition Faerie Faith : Comprendre les « Arbres », le Frêne

Le Frêne
Extrait de la thèse : The Faerie Faith and the Beth-Luis-Nion Celtic Lunar Tree Calendar par James Clifford Landis. Traduction : Fleur de Sureau.
Le Frêne est le troisième lunaire de l’année. Son nom gaélique est Nion (pronouncé « Nionne »). Le glyphe pour le Frêne est « Je suis un vent sur les eaux profondes. »
  • Utilisations de la plante et Folklore
L’écorce du frêne a été employée comme tonique, astringent et antipériodique. « Les feuilles possèdent des propriétés diurétiques, diaphorétiques et purgatives, et sont utilisées en phytothérapie pour leur action laxative. » (Grieve 66). De plus, les fruits (connus sous le nom de « ash keys » en anglais, littéralement « clefs de frêne », en français on les nomme samares du frêne) peuvent être consommés une fois macérés dans du vinaigre, et sont célèbres pour soulager les problèmes de flatulence. Pline attribue aux feuilles de frêne le pouvoir de guérir les morsures de serpent. (Grieve 66-7).
Les frênes sont également entourés de folklore. Si les frênes ne produisent pas de samares, cela prédit une catastrophe au sein de la Famille Royale. Les feuilles de frêne possèdent un certain nombre de folioles, et ses feuilles sans foliole terminale (appelées également feuille de frêne) étaient utilisées pour la magie et la divination amoureuse. Brûler des fagots de frêne et boire à chaque fois qu’un des liens rompt est une tradition de noël. « Une ancienne cérémonie scandinave nous a été transmise, pendant la fête de Juul, il était coutumier d’allumer un grand feu de joie en l’honneur de Thor. Les fagots étaient composées de bâtons de frêne, souhaités ronds, tous issus du même arbre, et au nombre de neuf au total. Lorsque placés dans le feu, joie et réjouissance pouvaient commencer… » (Vickery 16).
On conférait aux frênes la capacité de guérir magiquement un certain nombre de maux. On passait un enfant par la fente fraîchement effectuée dans un jeune frêne, on pansait ensuite la blessure faite à l’arbre et au fur et à mesure que l’arbre cicatrisait, l’enfant guérissait de son hernie. La même méthode était utilisée pour soigner l’impuissance, l’homme passait son organe à travers une fente similaire puis on pansait la fente. Différentes coutumes utilisaient le frêne pour guérir verrues, névralgies, coqueluche, mal d’oreilles, teigne, morsures de serpent et même les maladies du bétail (Vickery 17-19).
  • Mythologie et Symboles
Le Frêne est le troisième des trois arbres liés à l’eau au début de l’année. Leurs glyphes en témoignent. Ensemble, ils constituent le temps avant la naissance du monde au printemps. Selon le rituel de Partage de l’Eau, les océans et les mers sont la « Matrice de la Vie, » et il convient ainsi que cette période d’avant naissance soit marquée de son affinité avec l’élément eau. Le frêne était sacré pour Poséidon, le dieu Grec des mers, ainsi que pour Gwydion, le célèbre Druide. Dans la mythologie nordique, l’arbre Yggdrasill, qui soutient le monde, est un frêne (Paterson 49). Odin utilisait l’arbre Yggdrasill comme monture (?) et des bâtonnets de frêne pour former les runes. Le troisième mois est également connu comme le mois des inondations.
  • Énergies
Le Frêne n’est pas seulement le mois des inondations au sens matériel, mais aussi au sens émotionnel. Avec le mois du Frêne arrive un flot d’émotions (un grand désir d’explosion/éclosion au printemps). De nombreuses personnes se sentent très anxieuses quand l’hiver, doucement, s’estompe, et veulent que ça bouge alors que ce serait encore prématuré. C’est la première période où l’apprentissage des mystères est mis à l’épreuve car les étudiants ressentent souvent de l’impatience. Ils veulent que leur projets se manifestent instantanément, alors qu’ils ne leur ont même pas encore donné naissance !
On dit que le Frêne protège des morsures de serpent, et dans ce cas, le serpent représente souvent les autres personnes. Les gens sont très impatients, imprudents et submergés par leurs émotions durant cette lune.
Après être restés enfermés tout l’hiver à l’intérieur, les gens sont prêts à bouger. En apprenant la patience et la protection du Frêne, « le Frêne est grand, droit, enraciné dans la terre. Il nous parle de calme intérieur et de sérénité. Et comme le Chêne, il attire la foudre du changement. » (Kerr, « Lunar »).

Energies des Arbres Lunaires : le Frêne

Par Linda Kerr, extrait du site faeriefaith.net
Traduction : Fleur de Sureau pour le coven d’Ignis Daemonis.

Le Frêne

Troisième Lune

  • Glyphe -« Je suis un vent sur les eaux profondes »
  • Oiseau – la Bécassine
  • Couleur – moitié claire/moitié bleu profond
  • Guérison – Tonique de vie
  • Mystères – Frênette, La Justice du Destin, De la Morsure Empoisonnée de la Vipère (Cercle de Protection), Lance/Voisin de la Mort, Désirs Impatients, Vents du Changement, Contrôler l’Impatience

Si vous avez acquis les leçons de communication, compassion et de sensibilité, eh bien, durant le Frêne, la troisième lune, vous serez plus à même de gérer les énergies de cette lune. Le frêne est un temps de passion, de mouvement et d’impatience.

Samarres. Frêne. Nion.

Depuis l’agitation (quickening, littéralement premiers mouvements fœtaux) du Sorbier survient une forte envie de libération, les vents se déplacent à la surface de l’eau, mais le moment n’est pas encore venu pour notre utérus de perdre les eaux. Alors que la graine a été semée, il lui faut encore pousser et mûrir. Durant cette lune, nous apprenons la patience et le contrôle de nos puissants désirs inconscients.

Le Frêne nous conduit du yin du Solstice d’Hiver à l’équilibre de l’Équinoxe de Printemps. Commencer par viser cet équilibre, mais ne soyez pas trop impatient ; vous ne pouvez forcer une naissance si ce n’est pas le moment. Pour l’heure, il faut travailler sur le bouleversement émotionnel de cette lune et étudier votre soi intérieur ; cela peut conduire à une véritable connaissance et plus puissante expression de ce soi. La méditation est très utile présentement. Mieux vous gérerez vos émotions actuelles, plus la période de la Lune du Houx en sera facilitée.

Le Frêne est connu comme étant l’Yggdrassil, sacré pour Odin. C’est aussi l’arbre de Poséidon, à cause de son pouvoir lié à l’eau. Le bois du frêne était utilisé pour fabriquer des lances et des essieux. La Frênette, une substance utilisée par les berserkers, pourrait avoir été préparée à partir de l’écorce de frêne. La Frênette est le chaos frénétique pour lequel le frêne est l’antidote. Le frêne peut être inamical – des émanations nocives se dégagent à l’ombre de celui-ci. Le frêne éloigne les serpents et protège de leur morsure. Comme l’on trouve rarement de serpent en mars, on parle ici des gens méchants, qui sont malveillants durant cette lune, prompts à critiquer, impatients, des vampires psychiques. Mais du venin de la vipère provient le tonique de vie. Le frêne est haut, droit, enraciné dans la terre. Il parle de calme intérieur et de sérénité. Et comme le chêne, il attire l’éclair du changement.

  • Les énergies négatives de la Lune du Frêne : si votre psyché masculine et votre psyché féminine sont déséquilibrées, vous souffrirez vraiment durant cette lunaison. Les femmes deviennent des démones ; les hommes deviennent totalement insupportables. Même si vous êtes assez équilibré, vous pourriez ressentir malgré tout l’impatience et les fortes émotions de cette lune. Les énergies Yang sont juste sous la surface, prêtes à éclater avec l’Équinoxe de Printemps. Ces énergies peuvent créer des tensions en nous-mêmes, nous faisant nous sentir agité et impatient, même jusqu’à nous défouler sur les autres quand ils ne font pas les choses à notre façon. Les énergies de la Lune du Frêne peuvent nous remplir d’une énergie frénétique, au moment où nous avons besoin d’être calme, d’essayer d’atteindre la sérénité intérieure. Rappelez-vous les leçons de compassion, de sensibilité et de conscience.
  • Pour surmonter ces énergies négatives : prenez une baguette de l’arbre. Possibles fleurs de Bach pour la lune du Frêne : Impatiens et Vervain.

[A druid’s herbal of sacred tree medicine] Nuin, le Frêne

Traduction : Siduri pour Ignis Daemonis

Message : Frêne nous donne le courage et la force du soleil quand nous devons affronter les épreuves de la vie.

Signification divinatoire : si Frêne est entré dans votre champ de conscience aujourd’hui, vous êtes invité à examiner un aspect de votre vie dans lequel il est temps d’agir. Peut-être une habitude avec laquelle rompre, ou une relation à réajuster. Vous avez peut-être besoin de changement dans votre vie créative, votre vie professionnelle, ou votre cheminement spirituel. Frêne vous donnera le courage et la détermination pour persévérer dans les épreuves que la vie amène. Frêne est un arbre solaire, qui renforce la volonté, ainsi que la sagesse nécessaire lorsqu’il faut ployer comme un arc puissant en temps de compromis.

Affirmation : ô Frêne de Pouvoir, Frêne de Lumière Solaire, accorde-moi ta force aujourd’hui. Apporte vitalité à mon âme, mon corps et mon esprit !

[Nion] L’ogham du frêne par Stephanie Woodfield

Extrait de « Celtic lore and spellcraft of the Dark Goddess – Invoking the Morrigan » de Stephanie Woodfield

Traduction et adaptation : Siduri

Signification divinatoire : transformation et changement sont possibles. Magie et « shape-shifting ».

Renversé : se sentir dépossédé de tout pouvoir. Ne pas prendre le contrôle sur les événements.

Le frêne était l’arbre sacré du dieu magicien Gwyddion. On l’utilisait pour fabriquer des lances et des flèches, et il nous incite à prendre le contrôle de nos vies plutôt que de nous laisser contrôler par les circonstances. La lance comme la flèche nous rappellent le bâton/la baguette, sous-entendant l’usage de magie pour créer changement et transformation. Les bâtonnets de l’Ogham étaient à l’origine fait à partir de frêne, le mot « nuin » [ndlt : ou nion, comme il est nommé dans notre tradition] signifiant « lettres ». Trois des cinq arbres sacrés d’Irlande étaient des frênes. Dans la mythologie nordique, Yggdrasil, l’Arbre-Monde, était également un frêne.

Usages magiques : magie de transformation, amener le changement dans la vie de quelqu’un.

N pour Nion [La Déesse Blanche]

N pour Nion

Extrait de l’Alphabet des Arbres, La Déesse Blanche. Robert Graves.

whitegoddess

Le troisième arbre est le frêne. En Grèce, le frêne était consacré à Poséidon, le second dieu de la trinité achéenne et l’on était plein d’attention pour les Meliai ou esprits du frêne. Selon Hésiode, les Meliai jaillirent du sang d’Ouranos quand Cronos le castra. En Irlande, l’arbre de Tortu, l’arbre de Dathi et l’arbre ramifié d’Usnech, trois des cinq arbres magiques qui furent abattus en l’an 665 de notre ère pour symboliser le triomphe du Christianisme sur le paganisme étaient des frênes. Un descendant de l’arbre sacré de Creevno, encore un frêne, était encore debout à Killura au XIXème siècle. Son bois passait pour un talisman contre la noyade et les émigrants pour l’Amérique, après la Famine de la Pomme de Terre, l’emportèrent avec eux par petits morceaux. Dans le folklore britannique, le frêne est l’arbre de la re-naissance. Dans son Histoire de Selborne, Gilbert White décrit comment on faisait autrefois passer les enfants, nus, dans le creux d’un vieux frêne étêté, avant le lever du soleil, pour les guérir de hernies. La coutume survécut jusqu’en 1830 dans les campagnes reculées d’Angleterre. La baguette druidique portant une décoration en spirale et faisant partie d’un lot d’objets du début du Ier siècle, découverts à Anglesey, était en frêne. A propos du Combat des Arbres, il a déjà été fait mention du grand frêne Yygdrasil consacré à Woden-Wotan- Odin-Gwydion. Le dieu s’en servait comme d’un coursier et il l’avait enlevé à la triple déesse, qui comme les trois nornes de la légende scandinave, rendait la justice au pied de l’arbre. Poséidon demeura le patron des chevaux mais il devint également le dieu des navigateurs lorsque les Achéens prirent la mer, exactement comme Woden lorsque son peuple s’en alla sur l’eau. Autrefois, au Pays de Galles et en Irlande, les rames et la quille des coracles étaient faits en frêne ; de mêmes les fouets pour exciter les chevaux excepté lorsqu’on lui préférait l’if de la mort. Les dégâts causés par le frêne, à ce que conte Gwion, sont ceux dus à la nature nuisible de son ombre pour l’herbe ou le blé. De même que, dans le propre alphabet runique d’Odin, ce sont les rameaux de frêne qui forment toutes les lettres, les racines du frêne étouffent celles des autres arbres forestiers. Le frêne est l’arbre du pouvoir de la mer ou du pouvoir résidant dans l’eau et l’autre nom de Woden, « Yygr », d’où vient Ygdrasil, est évidemment de la même famille que « hydra« , le mot grec pour « mer » (littéralement « l’élément humide »).

Le troisième mois est celui des inondations et s’étend du 18 février au 17 mars. Durant les trois premiers mois, les nuits sont plus longues que les jours et le Soleil est considéré comme demeurant encore sous la tutelle de la nuit. Les Tyrrhéniens, pour cette raison, ne les considéraient pas comme faisant partie de l’année sacrée.